Pourquoi la start-up DooH It fait une levée de fonds ?

Spoiler alert : ce n’est pas pour installer un baby-foot dans les bureaux. Promis.  

DooH It, anciennement CharLi Charger, s’est fait connaître dans l’éco-système start-up comme étant l’une des rares jeune pousse à connaître un franc succès sans levée de fonds.  

Son co-fondateur Mikael Bes, domine le marché du rechargement mobile en France avec son innovation CharLi tout en étant en fonds propres, et ce, depuis maintenant 5 ans. 

Comment une start-up a pu rester indépendante si longtemps ?  

Comme le disait Mikael au micro de BFM Business : « Une start-up est avant tout, une entreprise » et malgré cette tendance à chercher des investisseurs avant même d’avoir des clients, « il nous était important de tester notre business model, et de réussir à vivre de nos revenus »Avec un capital de départ de 3 000 euros en 2014, la jeune pousse s’est toujours autofinancée, notamment grâce à un business model basé sur la vente et la location des CharLi. 

 Il est vrai qu’à moyen terme, si une innovation répond à un besoin massif et détecté, il est possible de progresser dans son aventure entrepreneuriale avec une petite équipe, du courage et une grande ambition. Aujourd’hui, la start-up parisienne voit beaucoup plus grand.  

Objectif de la levée de fonds : Réconcilier les Français avec la publicité

La régie média spécialisée dans le DOOH nommée DooH It est né d’un constat :  « il y en a marre de la publicité à outrance ».  

Selon la dernière étude d’eMarketer sur l’Ad Blocking en France, plus de 30% des internautes utiliseraient un ad blocker en 2019, contre 28,7% en 2018. Même si les ad blockers sont réputés pour être utilisable seulement sur ordinateur, cette rumeur tend à disparaître. 3 millions de personnes bloqueraient déjà des publicités sur mobile en France en 2018 et le nombre serait passé à 3,3 millions en 2019.  

Malgré la créativité débordante des publicistes, pourquoi arrivons-nous quand même à ce constat ? Quel est le point commun entre ces différentes statistiques ?  

La régie média DooH It est persuadée que cette lassitude provient du fait que ces formats de publicités n’apportent aucune plus-value aux personnes ciblées. Il est important pour Mikael Bes et son équipe, d’améliorer l’image globale de la publicité grâce au DOOH.  

Les annonceurs rendent service à leur audience grâce à DooH It 

La jeune régie média place ses supports digitaux dans des lieux de vie comme les hôtels, les restaurants, les bars ou encore les salons de coiffure par exemples. Des lieux plutôt dépourvus de publicité en temps normal. Le CharLi possède un écran sur le dos qui diffuse du contenus informatif et publicitaire. Jusqu’à là, nous répondant bien à la définition de ce qu’est le DOOH. 

Quelle est donc la particularité de DooH It ?  

La start-up a développé une plateforme de régie publicitaire nommée SiMonS.  

Elle est connectée à tous leur devices digitaux permettant de contrôler les diffusions de contenus, analyser leurs impacts et ajuster la campagne en direct si besoin.  

Les annonceurs bénéficient d'un monitoring précis sur leurs campagnes avec des KPI sur le nombre de personnes touchées, la caractéristique d'audience et le taux d'interaction généré.  

image-2.png

Les devices DooH It affichent leurs contenus (adaptés aux lieux où ils se trouvent) uniquement lorsqu’une ou plusieurs personne(s) se branche(nt) sur le CharLi pour recharger leur mobile. À ce moment-là, l’écran s’allume et l’utilisateur peut interagir avec le contenu qu’il regarde grâce au tag NFC intégré au device tout en gagnant de précieux pour cent. Nous avons constaté que la publicité était bien plus appréciée vu qu’elle ne venait pas avec l’unique but de « vendre » mais avec un service en plus.

Il y a actuellement plus de 1 200 CharLi disposés dans des lieux publics en France avec une vidéo visualisé toutes les 1 minutes. La levée de fonds permettrait d’augmenter considérablement ce déploiement pour d’une part, rendre service au plus grand nombre, et d’autre part, répondre favorablement aux différentes demandes des annonceurs soucieux de leur ROI.  

Parlons peu, parlons argent

image.png

DooH It chercherait à lever 1 million d’euros dans un premier tour de table. Cet investissement permettrait de recruter de nouveaux membres aux pôles commercial, techniques, logistique et marketing afin de répondre positivement aux nombreuses requêtes formulées par nos clients et prospects souhaitant nous voir implanté massivement sur le territoire Français.

De plus, Mikael Bes ambitionne de développer de nouveaux supports DOOH pouvant se retrouver dans des lieux insolites tout en apportant un service immédiat à celles et ceux qui croiseront leur route.

La start-up ayant effectué 5 ans en fonds propres, est valorisée avant la levée de fonds à près de 3 millions d’euros. La revalorisation qui va suivre sera très élevée.

Comme l’institut Kantar TNS le dit si bien : « La pub digitale est acceptée quand elle rend service ».