Nos méthodes de travail ont été chamboulées ces derniers mois : 1er confinement, reprise, couvre-feu, 2ème confinement. Aujourd’hui, nous allons voir en quoi le “nouveau monde” dans lequel nous entrons (celui qui vit avec le virus) va bouleverser, révolutionner le monde du travail et la réorganisation du travail à long terme.

 

Redéfinir les méthodes d’organisation au travail et chez soi

 

Dans un contexte de pandémie mondiale, le gouvernement a décidé de rendre obligatoire le télé-travail lorsque celui-ci était possible afin de limiter au maximum la propagation du virus. Ce télé-travail imposé du jour au lendemain à l’ensemble des entreprises a complètement bouleversé nos quotidiens et notre organisation.
Plus besoin de prendre les transports, de se rendre et rentrer du travail, plus d’échanges intempestifs vécus dans les open space, …

Mais pour quoi ?

Le Covid-19 nous a permis de repenser totalement l’organisation si ancrée de nos méthodes de travail.
En effet, aujourd’hui le lieu de travail et de vie ne font plus qu’un. N’ayant pas toujours de pièce dédiée comme bureau, il est nécessaire de structurer son organisation. Horaires imposés, visioconférences, liste des objectifs, utilisation de post-it; tout est bon à prendre !

Le rapport au lieu de travail va être profondément et durablement modifié. Les habitudes prises en télétravail vont nous amener à regarder différemment nos environnements professionnels.

Repenser l’organisation de son lieu de travail une fois de retour dans les locaux, si cela est possible, sera également un passage obligé. La prise de recul inconsciente sur nos conditions de travail, bonnes ou moins bonnes, nous permet d’y voir plus clair sur nos besoins. Notamment liés à l’environnement : tester les espaces de coworking, changer de peinture, de mobilier etc

La communication en entreprise s’est vue transformée.

L’impossibilité de se voir et d’organiser des réunions en physique conduit non seulement à adopter de manière virale des outils comme Zoom, Whereby, Trello et autres totalement inconnus jusqu’alors pour certains. Mais aussi à utiliser différemment des outils habituels.

D’après des études récentes, le nombre de mails aurait considérablement chuté entre personnes de la même entreprise, privilégiant d’autres canaux tels que Slack, Teams ou encore notre bon vieux téléphone.
Les moyens de communication basiques/primaires : se serrer la main, faire la bise, prendre un café sont temporairement suspendus et laissent place à des interactions virtuelles. Beaucoup de managers, pour recréer du lien, ont su être imaginatif. Des apéros/afterwork virtuels, parties de jeux vidéo comme Among Us ont été organisés.

 

Nouvelles pratiques et habitudes : une réorganisation du travail en marche

 

Ces nouvelles interactions créent et renforcent le lien entre les individus. Le télétravail brise les codes comme l’appartenance à un étage ou département. De même, la coopération et la solidarité se sont immiscées peu à peu dans notre manière de faire.
On privilégie des communications qui nous apportent autant sur le plan professionnel que personnel. Ainsi, les quelques mails que l’on envoie sont utilisés à bon escient : précis et pertinents. Les visioconférences sont aussi le moment pour du “quality time”. Échanger, parler de sa situation, de nos vies pendant le confinement, nos habitudes permettent de renforcer le lien, parfois fragile, entre les collaborateurs.

 

Nouveaux enjeux du management

 

L’enjeu du management en télétravail est devenu capital.
En effet, un nouvel enjeu managérial est né du télétravail. Sans relation de confiance et sans valorisation de l’employé, le manager se précipite dans un déficit de qualité de travail. Ce tournant managérial est une vraie opportunité pour développer de nouvelles “best practices”, sa marque employeur et tisser un vrai lien avec ses collaborateurs.

Fini les boss qui contrôlent nos faits et gestes. Place au management de confiance. Dans cette relation, l’employé se sent plus valorisé.
C’est la leçon à retirer de notre expérience du télétravail. 

En tant que manager, il est nécessaire de rester vigilant sur le moral de chacun, pouvoir organiser des temps de rencontres virtuelles non formelles. Par exemple, certaines ont mis en place une salle de café virtuelle ouverte chaque matin de 9h à 9h30, viennent qui veulent. Rester en lien avec son équipe est le meilleur moyen de la souder, montrer qu’ils peuvent avoir confiance en nous, et avoir un suivi bienveillant. Ainsi, le manager doit d’autant plus organiser les tâches de chacun de telle façon qu’elles soient collectives et individuelles mais aussi bien détaillées. La mise en place de reporting et feedback sont des passages obligés pour se tenir au courant de l’avancée et de l’atteinte des objectifs fixés. Parce qu’après tout, c’est le point indispensable pour l’entreprise et son développement.

Le virtuel c’est bien, mais le réel c’est quand même mieux ? 

Travailler de chez soi, on l’aura compris, c’est voir sa relation au travail évoluer. Passer d’une situation de quelques heures à un temps plein en distanciel, le rapport au travail change. La work-life balance est difficile à maintenir dans nos quotidiens. Un flou s’est ancré dans nos vies entre notre temps de travail et notre temps personnel.

C’est pourquoi il est nécessaire d‘être vigilant afin de ne pas se laisser “aliéner” par le travail ou au contraire. De se laisser distraire, et instaurer des barrières strictes. L’absence de contact direct avec les clients, avec nos collègues, les entretiens physiques, tant d’habitudes supprimées qui nous ont fait prendre conscience à quel point la relation au travail est importante. Et à quel point il est indispensable de la maintenir.

Le retour progressif au travail nous permettra de prendre du recul sur notre façon de travailler et de manager. C’est ce recul qui nous va nous servir à appréhender plus facilement le monde du travail de demain.